Synzi Dadié, Président du mouvement NOUS SOMMES UN.

********Abidjan, le 1er Juin 2017********

Déclaration du 31 mai 2017

 

Nous apprenons par voie de presse et avec satisfaction la décision du gouvernement de retirer le projet de loi sur la presse ; projet qui aura fait couler tant d’encre et aurait pu être sources de remous accentués, du fait de son caractère restrictif de la liberté de la presse.

La presse ivoirienne vit actuellement une perte de vitesse et a du mal à survivre aux turpitudes que connait notre pays. Ainsi, pour exercer son droit à l’information, le citoyen a recours à diverses sources, notamment la presse classique, celle en ligne, les blogs, les réseaux sociaux et bien de canaux. Ces canaux sont fortement et malheureusement visés par ledit projet de loi.

Conformément à sa vision d’unité et de prospérité partagée, le mouvement ‘’Nous Sommes Un’’ estime que la liberté de pensée, en l’occurrence celle de la presse, ne doit par aucun moyen, être remise en cause. En effet, selon la constitution d’octobre 2016, « Article 18 : Les citoyens ont droit à l’information et à l’accès aux documents publics, dans les conditions prévues par la loi et Article 19 : La liberté de pensée et la liberté d’expression, notamment la liberté de conscience, d’opinion philosophique et de conviction religieuse ou de culte, sont garanties à tous ». Aussi, ce projet de loi se présente-t-il comme une violation flagrante de l’un des droits de base du citoyen : le droit à l’information.

C’est pourquoi, dans son élan de mouvement d’opposition transitionnelle, le mouvement NS1 salue le courage du gouvernement pour avoir retiré le projet de loi. Cet acte, au lieu d’être perçu comme un recul de la part du pouvoir, revêt un caractère démocratique et est gage de ce que le gouvernement ivoirien ait enfin décidé d’écouter le peuple. Prenant le ministre de la Communication au mot, notamment, M. Bruno Koné, nous insistons pour que ce retrait du projet de loi, ne soit provisoire, mais plutôt définitif. La démocratie, si elle est « le pouvoir du peuple’’, est aussi et avant tout, l’art d’être à l’écoute du peuple. Nous souhaiterions donc que cette posture salutaire du gouvernement soit le tournant de ses rapports aussi bien avec la population dans son ensemble, qu’avec l’opposition avec laquelle il entretient des rapports crispés. Il est noble d’écouter et de donner suite aux cris des populations afin de gouverner par ce même peuple et œuvrer pour une décrispation, facteur d’unité nationale.

Chacun de nous peut et doit jouer un rôle déterminant pour le bien commun. Cela est possible si nous nous concevons comme une nation au-delà des individualités et œuvrons dans la discipline et le respect de nos institutions. C’est pourquoi, nous osons croire en la capacité du gouvernement à garantir les libertés telles que protégées par la constitution, mais surtout à faire preuve de bonne foi en évitant de ramener, sous d’autres formes, ce projet de loi liberticide.

Le mouvement ‘’Nous Sommes Un’’, fidèle à sa vision d’unité et à ses principes d’égalité mais aussi son rêve de prospérité pour tous, appelle chacun de nous à faire en sorte d’œuvrer afin que toute initiative positive prise par le gouvernement, soit soutenue pour le bien de tous, et que les initiatives qui s’avèrent pernicieuses pour la bonne marche de notre pays, soient remises en cause définitivement.

 

Rejoignez-nous sur  :  www.noussommesun.ci

Sur Facebook : Voir l’article

© 2017 NOUS SOMMES UN conçu par SPINOZ'ART

Suivrez-nous: